Musiques médiévales : formations, ateliers et stages

Main guidonienne / Solfège médiéval

5 séances avec Gérard Geay

Initiation au solfège médiéval

La solmisation fut inventée par Guido dʼArezzo au 11e siècle et pratiquée, moyennant quelques aménagements, jusquʼà la fin du 17e. Notre solfège actuel en découle directement. Le but de Guido était de permettre aux chanteurs de déchiffrer plus facilement un chant inconnu (Epistola Guidonis Michaeli monacho de ignoto cantu directa). Il sʼagit dʼune mnémotechnique reposant sur un principe très simple : tout demi-ton se chante mi-fa. De la place du demi-ton se déduit ensuite celle de tous les autres intervalles. Pour le musicien moderne, la pratique de la solmisation permet de mieux comprendre la conception des œuvres du passé. Jadis, un théoricien a même écrit qu’elle est utile pour la composition. En effet, la solmisation met souvent en évidence les caractéristiques dʼune œuvre qui nous échappent lorsque nous utilisons le solfège moderne, non seulement du point de vue de la monodie, mais aussi de celui du contrepoint, de la modalité et même de lʼemploi de la musica ficta, lorsque celle-ci nʼest pas notée. La solmisation est donc particulièrement pertinente lorsque nous abordons la musique médiévale. Et enfin, elle peut nous aider à trouver de « nouveaux » points de vue pour aborder le solfège tel quʼil se pratique aujourdʼhui ! Jean de Garlande (vers 1190-après 1252), Marchettus de Padua (1317-1318), le manuscrit de Berkeley (anonyme, Paris, 1375), Ugolino d’Orvieto (vers 1380-1457), Franchinus Gaffurius (1451-1522) nous ont légué des exercices de solmisation très simples, disposés selon une progression logique qui nʼa rien à envier à la pédagogie moderne. Ils témoignent de la constance de l’enseignement de la solmisation jusqu’à l’orée de la Renaissance. L’atelier d’initiation au solfège médiéval consistera à les étudier, étape par étape et dʼen appliquer les principes dans quelques œuvres soigneusement sélectionnées. Aucune connaissance particulière en musique médiévale n’est nécessaire pour suivre avec profit ce programme puisque la pratique du solfège médiéval est sans doute l’un des meilleurs moyens de découvrir ce répertoire.


Ouvert aux chanteurs et instrumentistes avides de savoir !
6 à 8 participants
5 séances le samedi de 10h à 12h30
Les 6 avril, 11, 18 et 25 mai, 15 juin 2019
Frais d’inscription : 200 € (TR : 160 €)

Rappel : toutes nos activités sont ouvertes aux personnes à jour de leur cotisation annuelle 2018-2019 > voir infos pratiques